Bruxelles veut encore durcir sa réglementation pour mieux contrôler les cryptomonnaies

Alors que la Commission européenne vient de dévoiler ses pistes de réflexion en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, l’institution veut désormais aller plus loin en proposant notamment de tracer les transferts de cryptomonnaies et d’interdire les wallets anonymes.

De l’aveu même de la Commission, l’idée sous-jacente est d’assurer « une traçabilité totale des transactions de cryptomonnaies, telles que le bitcoin, et permettre de prévenir et de détecter leur utilisation éventuelle à des fins de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme ». Pour se faire, les entreprises devront récupérer les informations personnelles (nom, adresse, date de naissance, référence du wallet) des émetteurs et des destinataires lorsqu’un transfert dépassera 1.000 euros. Autre mesure phare, l’interdiction des wallets anonymes, ces portefeuilles numériques ou physiques qui permettent de stocker des cryptomonnaies. Le but là encore est de « trouver le bon équilibre entre la lutte contre ces menaces et le respect des normes internationales sans créer de charge réglementaire excessive pour l’industrie ».

Pour autant, ce projet devra passer par le Parlement européen et le Conseil, un processus qui pourrait prendre jusqu’à deux ans avant son adoption définitive !

Dernières vidéos

ÉCO & PATRIMOINE

ACTEURS & PRODUITS