Par AXA IM

Dans cet article, Jeremy Gleeson, gérant du fonds AXA WF Framlington Digital Economy évoque comment la croissance de l’e-commerce stimule la demande de biens immobiliers logistiques mais aussi des exemples d’entreprises à la pointe de l’innovation dans ce secteur et enfin les opportunités dans l’ère post-covid pour les investisseurs.

Les habitudes de consommation ont évolué au fil des années, en grande partie sous l’effet des progrès technologiques permanents qui ont abouti à l’omniprésence d’Internet et à la généralisation consécutive des smartphones. Un nombre croissant de consommateurs se sont familiarisés avec les pratiques d’achat en ligne, favorisant ainsi l’essor de l’e-commerce.

La transition progressive des transactions physiques aux transactions en ligne s’est inévitablement accélérée depuis la pandémie de COVID-19, de nombreuses enseignes tirant parti du phénomène de « cantonnement à domicile » lié aux mesures de confinement imposées par les autorités à l’échelle mondiale.

Cette situation a toutefois exercé une pression croissante sur la plupart des entreprises pour qu’elles répondent aux attentes des consommateurs en matière de livraison le jour même ou le lendemain, les distributeurs commençant à se heurter aux limites inhérentes à leurs chaînes d’approvisionnement existantes. Pour les sociétés de vente en ligne comme pour les grands magasins, l’élaboration d’une stratégie claire permettant de livrer des marchandises sur de multiples canaux tout en maintenant une expérience client cohérente reste un défi, et c’est là que les sociétés du secteur de l’immobilier logistique peuvent apporter une réelle valeur ajoutée.

La croissance de l’e-commerce stimule la demande de biens immobiliers logistiques

Les entreprises de la grande distribution et du e-commerce qu’on appellent les détaillants représentent environ 40 % de la demande de biens immobiliers logistiques, et les acteurs de l’e-commerce représentent à eux seuls jusqu’à deux cinquièmes de ce chiffre.1 D’autre part, la vente en ligne nécessite généralement des espaces de distribution plus importants que la vente physique. Le recours croissant aux entrepôts s’explique notamment par la plus grande diversité des produits disponibles, l’augmentation des stocks, l’expédition de colis plus volumineux et la mise en place de services à valeur ajoutée tels que le traitement des retours.

La plupart de ces sites logistiques sont à même de fonctionner efficacement au moyen de systèmes automatisés, les principales opérations allant du déchargement à l’expédition en passant par le stockage, la préparation des commandes et le conditionnement. Parmi les dispositifs automatisés les plus courants, censés réduire de 50 % les délais de traitement des commandes, figurent les convoyeurs à bande, les palettiseurs (qui empilent les marchandises sur une structure en bois transportable), voire les chariots élévateurs autonomes.2

En général, ces entrepôts et centres de distribution sont implantés sur des sites stratégiques, à proximité des axes de transport et des zones urbaines. Les sites de choix sont ceux qui se trouvent à proximité des grands aéroports et des principaux ports (pour assurer les livraisons nationales et internationales), ainsi que des autoroutes et des centres-villes.

Lire la suite